Exemples participation croisée

En principe, une profession est considérée comme atypique à un genre si la proportion de femmes ou d'hommes est inférieure à 40%. Vous pouvez trouver les différentes professions et les pourcentages dans nos aperçus (femmes/hommes) ou sur le site de l'Office fédéral des statistiques.

Exemple pour les garçons : En 2019, seulement 15% d'hommes ont commencé un CFC « Assistant·e en soins et santé communautaire ». Les garçons qui découvrent le métier de spécialiste en soins et santé communautaire lors de la journée Futur en tous genres mettent donc en œuvre le concept de « participation croisée ».

Exemple pour les filles : En 2019, uniquement 1,3% d'apprenti·e·s ayant entrepris un CFC « Constructeur / Constructrice de route » étaient des femmes. Ainsi, les filles découvrant le métier de constructrice de routes lors de la journée Futur en tous genres mettent en œuvre le concept de « participation croisée ».

Autres exemples :

  • Les hommes travaillant dans le secteur des soins et de la santé sont encore rares. Un garçon accompagne sa voisine qui est infirmière dans un hôpital.
  • Peu de femmes entreprennent une formation d’informaticienne. Une fille accompagne son père travaillant en tant que développeur informatique.
  • Seules quelques jeunes femmes choisissent de suivre une formation de menuisière. Une femme est accompagnée par une fille de son voisinage dans la menuiserie où elle travaille.
  • En 2019, la proportion d'hommes ayant commencé le CFC « Assistant·e socio-éducatif·ve » était de 16,5%. Un élève participe à l’atelier thématique « Garçons et petite enfance » et passe la journée dans une crèche.
  • Certain·e·s élèves ne trouvent une place d'atelier suivant le principe de participation croisée. L’enseignant·e organise une activité sur la thématique des stéréotypes de genre dans l’orientation professionnelle (Vous trouverez des suggestions ici).